Département montage

© Kristen Pelou

Présentation du département par Jacques Comets et Catherine Zins, Directeurs du département montage.

« Les choses sont filmées, on ne les voit pas. Ce qui est filmé, ça a beau être filmé, on ne le voit pas. Voir - entendre, c’est du travail et non pas du donné. [...] Le doute règne au montage : le doute sur ce qui est filmé. [...] C’est donc un apprentissage du regard et de l’écoute qui suppose que rien n’a été vu, rien entendu, rien gagné définitivement au tournage, et qu’il vaut mieux mille fois risquer de perdre que risquer d’avoir gagné d’avance. [...] Le montage est cette postulation du film comme autre, comme ce qui est à venir. »
Jean-Louis Comolli
Voir et pouvoir - Editions Verdier

« Par l’apprentissage conjugué des techniques et du fonctionnement du récit, il s’agit de penser et de pratiquer le montage comme un moment décisif de la mise en scène.

Une pratique inventive et créatrice du montage ne peut s’envisager sans une maîtrise réfléchie de toute la chaîne de postproduction tant du point de vue de l’image que de celui du son.
Pensée du montage et maîtrise de l’environnement technologique et informatique iront de pair.

Une alternance d’enseignements théoriques et d’exercices pratiques permettra aux étudiants de se confronter à des séquences de films dont les enjeux de mise en scène sont multiples : l’espace, le jeu des acteurs, le mode de récit, les choix d’ordre esthétiques, éthiques…

Si la formation départementale implique l’acquisition de compétences spécifiques qui seront les bases indispensables à l’excellence professionnelle, elle exclut tout repli corporatiste.
Multiplier les moments de rencontres et de réflexion avec les autres départements “ en dehors des grands exercices transversaux “ devra donc être un objectif constant.
Et précisément c’est à l’occasion des « grands » exercices de fiction et de documentaire que dans l’échange avec les étudiants réalisateurs seront mis à l’épreuve et enrichies les compétences acquises.

Ateliers de réflexion, rencontre avec les intervenants, analyses critiques seront aussi une manière de faire le point et d’approfondir les compétences acquises.

Le montage est le lieu de convergence de l’ensemble des disciplines qui concourent à la fabrication du film. Aussi, les choix et les modes de production, de configuration technique image et son, les effets spéciaux, l’étalonnage, la musique et le mixage évidemment, mais aussi les modes de distribution et d’exploitation, sont autant de paramètres qui chacun pour leur part sont constamment pris en compte au montage.
C’est aussi la mise en jeu constante d’une pensée et d’une pratique non seulement avec l’histoire du cinéma et des arts visuels mais avec l’ensemble des arts plastiques et de la musique. »