Département image

© Jean-Jacques Bouhon

Présentation du département par Jean-Jacques Bouhon, Pierre-William Glenn et Sabine Lancelin, Directeurs du département image.

« Dans un film, le directeur de la photographie est responsable de la création des images, de leur cohérence dans la continuité de l’œuvre et de leur rendu final sur l’écran.

La mise en œuvre des techniques relevant du domaine de l’image fait appel à des connaissances dans des domaines aussi divers que l’optique, la photochimie, le cinéma numérique, la colorimétrie, la lumière, l’électricité, les trucages, ainsi qu’à des compétences artistiques, humaines et même économiques.
S’il est bien évident que le talent ne s’apprend pas, l’acquisition de la maîtrise des outils qui permettent de l’exprimer est essentielle.

L’enseignement s’articule donc autour de trois éléments :

- Un enseignement théorique destiné à permettre aux étudiants en Image d’acquérir un certain nombre de connaissances, essentielles pour aborder de manière fonctionnelle la phase pratique, et d’amorcer une réflexion esthétique sur le rôle de l’image dans un film.

- Un ensemble d’exercices pratiques et de rencontres avec des directeurs de la photo pendant lesquels les étudiants doivent assimiler les principes de base nécessaires à la bonne exécution des métiers de l’image. Ces méthodes font appel à la réflexion et à l’apprentissage manuel de la dextérité indispensable à la mise en œuvre des outils servant à la création d’images et à leur contrôle.

- Des tournages réunissant les différents départements, pendant lesquels les étudiants en Image exercent les fonctions auxquelles ils se destinent et font l’apprentissage indispensable de la collaboration avec un réalisateur et les autres corps de métier.

Les enseignements théoriques et pratiques sont organisés de manière à ce que les seconds viennent illustrer les premiers et à ce que leur ensemble prépare chronologiquement aux tournages en commun.

L’objectif de cet enseignement est la formation de professionnels de l’image, en premier lieu de directeurs de la photographie et de cadreurs, mais aussi d’assistants opérateurs de qualité, car c’est normalement le poste auquel pourront prétendre les étudiants à leur sortie et grâce auquel ils pourront “gagner leur vie” et compléter leur expérience.
La Fémis contribue ainsi au renouvellement de ce corps de métier dans le respect des règles professionnelles. Afin que le contenu pédagogique du programme puisse être profitable, il est indispensable que des relations de confiance et de respect mutuel s’instaurent au sein de l’École entre étudiants des différents départements, corps enseignant et divers responsables. Cette notion est un des principes de la vie professionnelle des intermittents du spectacle où la concurrence loyale vis-à-vis de l’emploi doit être une pratique permanente. Comme dans toute équipe homogène, la critique, souhaitée dans un but positif, doit être assortie de propositions constructives et créatives. »